Archives du mot-clé heureux ratages

mardi #8

IMG_0926

Je vous avais montré ces pièces ici après la première cuisson. Les émaux n’avaient pas encore été appliqués, mais les engobes sortaient du four. Elles s’imbriquaient encore, j’avais même pris une photo pour me le prouver! Les six pièces sont au nombre de cinq, maintenant (je l’ai découvert en récupérant mes pièces dans le magasin à côté de l’atelier, espérons que la sixième n’ait pas été oubliée trop longtemps dans le four!) On reconnaît nettement les trois pièces peintes à l’engobe, et les deux pièces émaillées : appliqué au pinceau, l’engobe donne un résultat beaucoup plus sûr et homogène. Par contre, je ne maîtrise pas du tout l’émaillage, qui donne un résultat beaucoup plus cracra!

Résultat: je me retrouve avec un joli dessous-de-plat en trois pièces (c’est bien suffisant)… et deux presse-papier que je peux faire passer pour un cadeau de fête des mères.

Ces pièces de puzzle ne se sont pas faites en un mardi, il a fallu:

  1. Faire une plaque avec un rouleau à pâtisserie en veillant à ne pas écraser les bords et à maintenir une même épaisseur sur toute la surface
  2. Après avoir laissé sécher un peu (toute la difficulté étant dans la gestion du paramètre « un peu »), dessiner les formes et les découper au scalpel en veillant bien à tailler droit, en maintenant la lame à 90°.
  3. Après avoir laissé sécher complètement les pièces, choisir les engobes ou émaux qui seront utilisés (j’ai toujours un mal de chien à choisir!). Je voulais un résultat à la fois vif et doux, qui rappelle le puzzle d’enfance – d’où l’application sur le dessus, seulement, qui rappelle la feuille de papier sur les vraies pièces de puzzle. Pose des engobes.
  4. Après la première cuisson, pose d’un émail transparent sur les bords pour protéger les pièces des coups dans l’hypothèse d’un assemblage.
  5. Après la deuxième cuisson, les pièces engobées sont terminées, il ne reste plus qu’à poser les émaux sur la face supérieure des pièces à émailler.
  6. Une troisième cuisson, et c’est prêt!

Chaque ligne correspond à un mardi. Heureusement, les cuissons se faisaient entre les cours, mais j’y travaille tout de même depuis la rentrée! J’en referai certainement pour offrir, car je trouve le résultat assez original, mais cette fois, je me contenterai de faire quatre pièces engobées, avec un émail transparent sur les bords: cela évite une troisième cuisson, et le résultat est beaucoup plus joli!

Note: je croyais avoir inventé la poudre, mais j’ai vu des puzzles dessous-de-plat au marché de Noël, par contre l’artisan ne s’était pas foulé: toutes les pièces avaient été passées dans le même émail.. ce qui est beaucoup plus rapide, mais franchement plat pour un dessous de plat. Voilà!

J’en profite pour vous souhaiter une bonne fin d’année !

Publicités

mardi #5

IMG_0684

Je vous présente le bol caliméro. Il est un peu tordu, c’est normal. Je ne savais pas qu’un bol se fait en deux fois et qu’il faut lui coller un pied APRÈS. On pense à tort que tout est en une pièce, parce qu’on a trop regardé le film Ghost (LA référence en céramique…) et évidemment on appelle à l’aide qu’une fois que les dégâts sont faits. J’en apprends tous les jours, à ce cours, enfin, tous les mardis. Car le pied trop fin, mais hélas aussi trop mou, s’est écroulé sous le poids du bol… en plus de rester en partie collé à la plaque. Au grands maux, les grands remèdes : ma prof a taillé dans le lard avec son fil à couper le beurre, j’ai dû refaire le fond dans un moule, le sécher (je déteste sécher) et (ce que j’aurais dû faire dès le départ) lui coller un colombin. Cette mésaventure m’a valu le surnom de caliméro le temps d’un soir à l’atelier. Mon bol le méritait aussi, avec son allure de coquille d’œuf à la coque.. un poil tordu.

Quitte à partir en coquille, autant y aller à fond. J’ai donc tenté un émail blanc à effet craquelé. Comme vous le voyez, ça ne saute pas aux yeux… Il m’a donc fallu le révéler. Quand je vous dis que la céramique, c’est magique.

J’avais le choix entre le badigeonner d’encre de chine ou le laisser tremper dans du thé noir. C’est mon vieux thé noir, dont je suis un peu plus sûre de la composition, qui l’a emporté.

Trempez-le dans l’eau, trempez-le dans l’huile, et vous obtiendrez…

IMG_0714

Il est pas beau, franchement, mon bol à compost ?

IMG_0061

Enfin un peu de lumière (trop? je sais…je ne sais pas doser) pour montrer ici le tricot dont je suis le plus fière : mon Nanook ! Remarqué l’hiver dernier, Nanook est le premier patron que j’achète sur Ravelry, et je ne le regrette pas ! J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce modèle singulier, conçu par Heidi Kirrmaier, qu’on ne présente plus sur la blogosphère.

IMG_0063

Ce tricot m’a réchauffé les jambes les deux premiers mois de l’année… Cela aurait pû prendre moins de temps si j’avais fait moins d’erreurs ! Maladroite, j’ai dû m’y prendre à deux reprises pour réaliser le col et amorcer les manches. Histoire de pas refaire les mêmes erreurs (voir Paulie), j’ai démarré les manches un peu plus bas (1 cm environ) et ai ajouté deux mailles à chacune d’elles. Je suis beaucoup moins à l’étroit comme ça. Comme j’avais peur de manquer de laine (je n’avais que 9 pilotes de Drops Lima, c’était juste, juste !), au bout de 10 cm, j’ai mis de côté les manches – que j’ai préféré ne pas tricoter en rond –  pour me consacrer au corps. Une fois celui-ci terminé, j’ai repris les manches en divisant mon reste de laine en 2, la mort dans l’âme, prête à repartir avec des manches 3/4… Heureusement, ça tombe nickel !

IMG_0060

Mon seul regret va pour mon point jersey… Ce que je croyais être un simple problème de tension entre le point à l’endroit et le point à l’envers était en fait une erreur : depuis des années*, je tricote le point jersey en point torve (je ne trouve pas meilleur mot, puisque, comme dirait ma mère, « il ne ressemble à rien », même pas à du jersey torse), d’où cet aspect point de riz dans le dos et les fausses côtes 1/1 très visibles sur  les manches de Paulie. Il y a d’ailleurs fort à parier que je serais moins à l’étroit dans Paulie si j’avais tricoté un jersey correct…

* tout est relatif.

IMG_0058

J’ai fait aussi pas mal d’erreurs sur l’i-cord,  à cause de mon jersey torve… mais aussi (et surtout) par inattention… Heureusement, ça ne se voit pas trop. Comme j’aurais bien aimé entendre ma grand-mère le dire : l’important en tricot, c’est d’être régulier, même dans les erreurs !! Je me réjouis déjà d’en tricoter un autre pour l’une de mes sœurs, et pour une collègue. De quoi mettre en pratique ce que j’aurai appris.

En résumé:

Laine utilisée : 9 pelotes de Drops Lima (juste, juste !)

Taille : XS

Coût : 20 francs CHF, soit près de 15 euros.

Si c’était à refaire : je réapprendrais à tricoter le jersey et éviterais de tricoter en pleine discussion animée sur le sexisme dans la société, et en particulier dans un huis clos aussi propice aux engueulades qu’un chalet de montagne.

Si jamais je le refais : pour moi, ce sera en deux couleurs comme je l’ai vu sur Ravelry (mais je ne trouve plus le lien!!) et moins ouvert (2e option donnée dans le patron)