Archives du mot-clé gilets

La belle affaire

Chaque matin, j’essaie tant bien que mal, si le temps le permet et qu’il n’y a pas de vent à décorner les bœufs, de me rendre au bureau à pieds en traversant Genève. Trois quarts d’heure de promenade de bon matin, ça peut sembler long, mais c’est rien comparé à trente minutes dans le tram coincé entre un trader et une vieille fourrure qui cocotte! Ce moment est si précieux que, même en cas de panne d’oreiller, je n’hésite pas à prendre le chemin le plus long. Inutile de vous dire qu’en ce moment, je suis rarement à l’heure…

Et ça ne s’arrange pas le mercredi, jour de brocante – car ma route passe forcément sur la plaine de Plainpalais, où l’on trouve depuis peu des stocks complets (encore emballés) de belle laine suisse à des prix dérisoires! Évidemment, j’essaie d’éviter de stocker de la laine sans projet précis, mais comment résister à dix pelotes de laine vierge suisse couleur bordeaux encore dans leur emballage des années, allez… 90?

Et puis… à quoi bon lutter, de toute façon, quand on souffre d’une pénurie de pulls et de gilets, et qu’on lorgne depuis des mois sur des modèles de Ravelry comme:

Nord, le pull torsadé de Veronik Avery…

le cardigan Clarity de Gretchen Ronnevik….

… ou le gilet Astor * de Norah Gaughan (ici dans la version de Gussie)

… voire le gilet Minetta * de Kirsten Kapur, fraîchement arrivé sur Ravelry

Ça ne va pas être facile de trancher, mais comme je ne suis pas très douée en maths, il y a fort à parier que l’échantillon choisira pour moi… Mais avant, il me faudrait, idéalement, terminer les legwarmies (il ne me reste plus qu’un centimètres de côtes, une honte de procrastination), ma version de Larch, qui avance très lentement depuis qu’il s’agit de construire les épaules et que je ne sais plus très bien sur quelle taille je suis partie… et l’écharpe pour mon père, dont je vous parlais la semaine dernière!

À suivre, donc. 🙂

 * modèle gratuit, si, si!

Edit :  le lien ne fonctionne pas pour le gilet Minetta, alors je vous le donne ici

Paulie (enfin porté)

IMG_0016

En écrivant le post d’hier, je me suis rendu compte que je n’avais toujours pas montré le cardigan Paulie porté. J’en profite pour faire un dernier bilan pour ce premier « gros » tricot. J’appelle gros, tout ce qui n’entre pas dans la catégorie des guêtres, chaussettes, écharpes et autres accessoires,… même les cardigans tout riquiqui.

My two cents :

Laine utilisée : 6 pelotes de Drops Alpaca, 5 pour la couleur principale (gris clair), 1 pour la couleur de contraste (bleu-vert)

Taille : XS

Coût : 20 francs CHF, soit près de 15 euros.

Si c’était à refaire : je suivrais les instructions pour la taille au-dessus et éviterais de tricoter les manches en rond. J’essaierais aussi de le faire sans trop trainer, mais ça, c’est une autre histoire. Je pensais aussi que les manches s’allongeraient plus après blocage (raté!), il va falloir que je m’habitue à ces manches 3/4. Tant que j’y suis, j’éviterais aussi de tourner le travail en cours de rang (j’ai fait une short row dans le dos sans le vouloir, heureusement, cela ne se voit pas trop !).

Si jamais je le refais : ce sera sans rayures (peut-être en noir?) avec quelques picots par-ci par-là, comme je l’ai vu sur Ravelry, ici, et avec des manches plus longues !

Comme vous le voyez, il y a beaucoup de choses à redire, mais il est chaud et doux, et c’est un délice de s’y glisser ! Un grand merci (encore!) à Isabell Kraemer et à toutes les triconautes qui me l’ont fait connaître à travers leurs versions.

Edit : j’ai changé la photo de ce post, préférant ne pas y laisser voir mon visage. Réflexion faite, je préfère ne pas y apparaître de visu, pour le moment…

IMG_0002_2

Quelle satisfaction de voir qu’il ne reste plus que quelques fils à rentrer avant de pouvoir porter le fameux cardigan Paulie, commencé il y a plusieurs mois (voir ici, à l’état de pelotes) – naïve que j’étais, je croyais réussir à le finir en un mois pour le concours lancé par T&N en début d’année… et c’est comme ça que Paulie est devenue Grraulie, j’enrageais d’être tombée dans le piège du projet boulet, avec toutes ses rayures, ses changements de fil… Il y avait bien des techniques pour éviter ces problèmes, mais j’avais bien trop peur de faire des bêtises, je m’en suis donc tenue à ce que je sais faire : à savoir changer et rechanger de fil, rentrer les fils, etc. et ce plus de… non, il ne vaut mieux pas compter. Il faut dire quand même que, pour mon premier cardigan, je n’ai pas choisi le plus facile ! Mais j’adore le résultat, comme tout ce que fait Isabell Kraemer, d’aillleurs.

Mais, pour être tout à fait honnête, si je ne m’étais pas jurée de me lancer dans le Nanook qu’une fois Paulie terminé… il n’aurait jamais eu de manches : ) Espérons que ce projet me réussira plus !

La suite, après blocage !