La belle affaire

Chaque matin, j’essaie tant bien que mal, si le temps le permet et qu’il n’y a pas de vent à décorner les bœufs, de me rendre au bureau à pieds en traversant Genève. Trois quarts d’heure de promenade de bon matin, ça peut sembler long, mais c’est rien comparé à trente minutes dans le tram coincé entre un trader et une vieille fourrure qui cocotte! Ce moment est si précieux que, même en cas de panne d’oreiller, je n’hésite pas à prendre le chemin le plus long. Inutile de vous dire qu’en ce moment, je suis rarement à l’heure…

Et ça ne s’arrange pas le mercredi, jour de brocante – car ma route passe forcément sur la plaine de Plainpalais, où l’on trouve depuis peu des stocks complets (encore emballés) de belle laine suisse à des prix dérisoires! Évidemment, j’essaie d’éviter de stocker de la laine sans projet précis, mais comment résister à dix pelotes de laine vierge suisse couleur bordeaux encore dans leur emballage des années, allez… 90?

Et puis… à quoi bon lutter, de toute façon, quand on souffre d’une pénurie de pulls et de gilets, et qu’on lorgne depuis des mois sur des modèles de Ravelry comme:

Nord, le pull torsadé de Veronik Avery…

le cardigan Clarity de Gretchen Ronnevik….

… ou le gilet Astor * de Norah Gaughan (ici dans la version de Gussie)

… voire le gilet Minetta * de Kirsten Kapur, fraîchement arrivé sur Ravelry

Ça ne va pas être facile de trancher, mais comme je ne suis pas très douée en maths, il y a fort à parier que l’échantillon choisira pour moi… Mais avant, il me faudrait, idéalement, terminer les legwarmies (il ne me reste plus qu’un centimètres de côtes, une honte de procrastination), ma version de Larch, qui avance très lentement depuis qu’il s’agit de construire les épaules et que je ne sais plus très bien sur quelle taille je suis partie… et l’écharpe pour mon père, dont je vous parlais la semaine dernière!

À suivre, donc. 🙂

 * modèle gratuit, si, si!

Edit :  le lien ne fonctionne pas pour le gilet Minetta, alors je vous le donne ici

Publicités