mardi #5

IMG_0684

Je vous présente le bol caliméro. Il est un peu tordu, c’est normal. Je ne savais pas qu’un bol se fait en deux fois et qu’il faut lui coller un pied APRÈS. On pense à tort que tout est en une pièce, parce qu’on a trop regardé le film Ghost (LA référence en céramique…) et évidemment on appelle à l’aide qu’une fois que les dégâts sont faits. J’en apprends tous les jours, à ce cours, enfin, tous les mardis. Car le pied trop fin, mais hélas aussi trop mou, s’est écroulé sous le poids du bol… en plus de rester en partie collé à la plaque. Au grands maux, les grands remèdes : ma prof a taillé dans le lard avec son fil à couper le beurre, j’ai dû refaire le fond dans un moule, le sécher (je déteste sécher) et (ce que j’aurais dû faire dès le départ) lui coller un colombin. Cette mésaventure m’a valu le surnom de caliméro le temps d’un soir à l’atelier. Mon bol le méritait aussi, avec son allure de coquille d’œuf à la coque.. un poil tordu.

Quitte à partir en coquille, autant y aller à fond. J’ai donc tenté un émail blanc à effet craquelé. Comme vous le voyez, ça ne saute pas aux yeux… Il m’a donc fallu le révéler. Quand je vous dis que la céramique, c’est magique.

J’avais le choix entre le badigeonner d’encre de chine ou le laisser tremper dans du thé noir. C’est mon vieux thé noir, dont je suis un peu plus sûre de la composition, qui l’a emporté.

Trempez-le dans l’eau, trempez-le dans l’huile, et vous obtiendrez…

IMG_0714

Il est pas beau, franchement, mon bol à compost ?

Publicités